Le mardi de la liberté

Le mardi de la liberté

1Fév
mardi de la liberté

Imaginons la scène idyllique d’un après-midi de liberté parfait. Commençons avec un soleil radieux sur fond de ciel azur. Ajoutons-y des effets sonores naturels comme un vent léger et le bruissement d’une rivière qui coule. Point de vue de la température, elle avoisine la perfection.

Comme seule activité, planifions un gros rien accompagné d’un roman et d’une collation savoureuse, qui peut être santé ou non, selon votre envie.

Comment vous sentez-vous? Moi, je suis bien, sourire niais aux lèvres, les yeux dans la graisse de bine! Rien d’extérieur ne m’atteint.

Maintenant, répondez à cette question sans analyser votre raisonnement : quel jour de la semaine permet ce type de relaxation?

Bien évidemment, vous choisissez mardi! Quoi, ce n’est pas votre réponse? Pourtant, il n’y a pas de meilleure journée pour se détendre que le mardi!

Vous devriez essayer de prendre congé un mardi.

Vous aimez magasiner? Vous bénéficierez de toutes les vitrines à lécher sans la cohue du samedi? Vous adorez le ski? Les pentes dédieront leur inclinaison juste pour vous? Vous êtes portés sur le farniente dans un spa? Il n’existe aucun moment moins achalandé que le mardi après-midi?

Liberté le mardi

Mardi dernier, j’ai pris off. Je récupérerai mes heures plus tard. J’aurais pu opter pour un week-end de trois jours en déclarant forfait vendredi, mais j’ai favorisé le mardi.

Pourquoi? Je répondrai : pourquoi pas!

Après tout, je vis dans un pays libre. Cette liberté, qu’on défend si chèrement, elle doit exister à tout moment. Un pays libre, ce n’est pas juste un endroit où on vote sans fusil sur la tempe. La liberté, c’est bien plus que dire et écrire ce qu’on veut sans peur de représailles. Quoique parfois, certains en abusent au nom de la sacro-sainte liberté d’expression. Mais ça, c’est un débat juridico-politico-philosophico-je-ne-sais-plus-trop dans lequel je n’embarquerai pas aujourd’hui.

Pour moi, la liberté, c’est choisir des choses simples, comme prendre congé un mardi. La liberté, c’est piger dans ma banque de vacances ici et là parce que relaxer, m’amuser et jouer un mardi, c’est l’fun!

Je refuse d’avoir du plaisir seulement la fin de semaine. Être régi par un horaire immuable qui m’oblige à manger tous les soirs à 18 h, j’en ai soupé!

Je ne suis pas un révolutionnaire! Je ne manifeste pas à grand coup de slogans dans les rues pour réclamer les droits de la personne. Je ne demande pas la Lune ni la Terre. Je veux juste la liberté de dîner tard et grignoter en soirée au lieu de bouffer selon un horaire prédéterminé tous les jours.

Peut-être que la semaine prochaine, je ferai des heures supplémentaires entre lundi et mercredi. Je suis prêt à cela, tant et aussi longtemps que je peux profiter un mardi de la liberté de temps en temps.

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Jean-Pierre

    Bachelier en communication, rédaction et multimédia à la suite d’un retour aux études complété en décembre 2014, Jean-Pierre communique depuis le milieu des années 1990 à l’écrit comme à l’oral. Animateur, rédacteur, journaliste : du moment qu’il peut échanger avec les autres, il y trouve son compte.

Laisser un commentaire