Saint-Valentin : trois par année, pas juste le 14 février

Saint-Valentin : trois par année, pas juste le 14 février

8Fév
saint-valentin

Je crois en l’amour, beaucoup plus qu’en la Saint-Valentin. Je trouve cette fête trop commerciale. Les fleurs sont hors de prix et les restaurants, bondés. En plus, il faut souvent choisir entre le service de 17 h et celui de 19 h 30 pour permettre au gérant d’accueillir le plus de couples possible.

Certaines gens déplorent que Noël ait pris une tangente trop axée sur les cadeaux. J’adresse le même reproche à la Saint-Valentin. Les bouquets, les cœurs en chocolat, ceux à la cannelle qui piquent à la langue, le souper romantique annuelle…

Voilà mon problème avec cette célébration de février : sa date arrêtée. Je ressens un malaise identique avec la fête des Mères et celle des Pères.

Ce qui me rebute, c’est l’obligation de dire à la personne chère qu’on l’aime en raison du calendrier. C’est vrai que c’est essentiel, mais pourquoi à date fixe? Pourquoi pas n’importe quand et tout le temps?

Hier encore, j’ai répété pour la Xième fois « Je t’aime » à ma blonde. C’est sorti droit du cœur, sans regard vers mon agenda.

Saint-Valentin : surprise inattendue

Le plaisir de ne pas célébrer systématiquement la Saint-Valentin, c’est que ma fiancée n’espère rien. Ainsi, la moindre attention la surprendra! Je préfère souligner la Saint-Valentin un 6 avril ou un 18 décembre, par exemple. Juste pour le bonheur d’étonner.

C’est vrai qu’à l’occasion, l’attente du moment fait grimper le désir. Savoir que la Soirée S s’en vient, c’est excitant. On s’y prépare, on se peigne mieux, on s’habille chic et sexy, on sent bon.

Toutefois, trop de planification tue parfois la spontanéité! Les espérances ne sont pas comblées; la veillée ne se termine pas en feux d’artifice comme on l’avait imaginé.

Difficile donc d’obtenir une Saint-Valentin parfaite. Y a-t-il trop de pression à s’aimer un 14 février?

Saint-Valentin : intimité

Malgré cette montée de lait, je vous jure être un homme attentionné. Je ne tripe pas sur la Saint-Valentin, car je n’ai pas envie de forcer la romance ni l’amour. Je préfère entretenir plutôt qu’imposer. Je cherche constamment à passer une soirée avec ma promise. Je reste à l’affût des possibilités d’intimité.

Surtout si ce moment s’agrémente d’une bouteille de rouge autour d’un savoureux repas, que mes yeux se perdent dans les siens, que mon regard croise son décolleté et qu’on finit tous les deux, peau contre peau. Là, j’embarque à cent milles à l’heure. Peu importe la date.

Je n’ai pas envie de me fier au calendrier pour vivre une soirée faste. Je suis trop amoureux pour attendre jusqu’au 14 février.

Cela dit, je soulignerai quand même la Saint-Valentin. Après tout, il s’agit d’une opportunité d’intimité de plus. Je ne peux pas être perdant!

Merci

C’est sous le signe de l’amour que je signe aujourd’hui mon dernier article de blogue hebdomadaire pour le Spa Bolton. Je remercie Geneviève pour sa confiance du départ, Claude pour son soutien et Kim pour la continuité.

Depuis le 26 juin 2015, je vous ai livré certains de mes états d’âme et une partie de ma vision de la vie. Merci de me lire. On se retrouve bientôt.

Jean-Pierre Quirion

Partager l'article

À propos de l'auteur

  • Jean-Pierre

    Bachelier en communication, rédaction et multimédia à la suite d’un retour aux études complété en décembre 2014, Jean-Pierre communique depuis le milieu des années 1990 à l’écrit comme à l’oral. Animateur, rédacteur, journaliste : du moment qu’il peut échanger avec les autres, il y trouve son compte.

Laisser un commentaire

  • x

    De retour ! Les matins parents-enfants | Les prochains 9 et 29 octobre

    Les matins spa pour parents et enfants. RÉSERVEZ ICI.